Tenue

LE KEIKOGI (稽古)

C’est la veste. Appelée Jodō-gi ou Iaidō-gi selon la pratique, sa couleur préférentielle est la même que pour le hakama. Pour le Jodō, ce sera soit le bleu marine ou le blanc, pour le Iaidō, préférez le noir et blanc. Le Jodō-gi est souvent plus épais que le Iaidō-gi.

iaidogi

LE HAKAMA (袴) 

C’est une jupe culotte qui était porté par les samouraïs.

Il possède sept plis, 5 à l’avant et 2 plis à l’arrière représentant les sept vertus du Budo.

L’étiquette dans la pratique des budos  demande de savoir plier correctement le hakama afin de préserver toutes ces vertus.

Contrairement à l’Aïkido, il n’y a pas besoin de mettre un pantalon en dessous. De plus, il n’est pas nécessaire d’avoir le niveau Shodan pour le porter.

Comment choisir son hakama

Attention pour déterminer la longueur du Hakama, il faut bien mesurer à partir du nombril jusqu’en dessous de la malléole.

LE OBI ()

C’est une ceinture large qui permet de maintenir le sabre correctement a la taille
de la veste. Il est indispensable dans la pratique du Iaidō, afin de maintenir le sabre.

GENOUILLIÈRES

Des genouillères pour iaidō sont souples pour le travail au sol, quasi obligatoire pour éviter de s’abimer inutilement les genoux. Le modèle proposé par Masamune et Tozando sont vraiment de qualité.

NAFUDA

Un Nafuda est l’insigne où est écrit le nom et le club d’appartenance du pratiquant.

SHITAJI

Un Shitaji, une sous-veste, pratiquement obligatoire si la veste n’est pas une veste de Kendō.

TABIS

Des Tabis pour Iaidō, une paire de chaussettes japonaises. Son usage est controversé : réservé au haut gradé au Japon, il est admis en France de pouvoir en porter sans égard au grade selon les circonstances ou l’état du sol. Mais son port est interdit lors des passages de grades. Habituellement, le Iaïdo se pratique pieds nus.

ZORIS

Une paire de Zoris, sandales en paille de riz pour les déplacements hors du Dōjō.

Nous vous proposons des boutiques de qualité dans notre rubrique Liens Shopping